La nature

Le long de la vallée de la Saône, au sud de la Dheune, de Chagny à Saint-Gengoux-le-National, le vignoble de la Côte Chalonnaise s'étire du nord au sud, s'infléchissant légèrement vers le sud-ouest dans sa partie méridionale, sur 30 kilomètres de longueur et 7 de largeur environ. Il correspond à l'étroite bande de plateaux et coteaux calcaires, dans le prolongement de la Côte-d'Or en bordure de la Saône, sur la retombée des plateaux cristallins qui, du Morvan au Charollais puis au Mâconnais marquent la continuité du plateau central.


Le vignoble de la Côte Chalonnaise, avec la persistance du Pinot noir et du Chardonnay, son organisation en petits villages bien individualisés, s'aligne à la suite des deux célèbres vignobles de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. À la suite et sur le même plan.

Les 44 communes qui le constituent récoltent un vin rouge qui a droit à l'appellation générale “Bourgogne” s'il est produit par le cépage Pinot noir dans les conditions de rendement, de degré minimum et de méthodes culturales déterminées par le décret sur les Appellations d'Origine Contrôlées. De plus, quatre communes ont obtenu un décret d'appellation autonome pour leur nom auquel elles peuvent occasionnellement joindre un nom de climat privilégié, suivant la pratique en usage dans les côtes de Beaune et de Nuits ; ce sont, du nord au sud : Rully, Mercurey, Givry et Montagny.

Même dualité dans les vins blancs : le “bourgogne” se récolte sur les communes les plus septentrionales du vignoble ; au nord et au sud de cette aire de culture, le cépage Chardonnay, dont la continuité tout au long de la Bourgogne fournit les grands crus, notamment ceux de Meursault et de Montrachet, donne encore deux crus remarquables : le Rully et le Montagny, ce dernier sur les communes de Buxy et de Montagny-les-Buxy où il atteint son extrême limite méridionale.


De Chagny à Buxy, le long de la route des grands vins de la Côte Chalonnaise. Un parcours varié entre vignoble, patrimoine et nature. Très nature.


La petite route sinueuse, bordée de murgers, vous mènera à Bouzeron (“un petit village, un grand vin” comme l’annonce la pancarte en arrivant). Un lieu connu de tous les amateurs d’Aligoté.

Après ce bref détour, vous retrouverez le tracé principal entre Aluze et Mercurey. En chemin, vous passerez entre autres par Chassey-le-Camp, qui doit son nom à une civilisation néolithique (les “Chasséens”). Côté patrimoine et point de vue, Aluze, petit village juché sur la colline entre Rully et Mercurey, vaut le détour. Au fil des kilomètres, les vignes fleurissent.

Qu’ils soient blancs ou rouges, les bourgognes Côte Chalonnaise, sont à l’image de leur pays. Ceux du nord, nés sur terrains calcaires, sont fins avec des tannins souples, alors que ceux du sud sont plus fermes.

Entre Mercurey et Givry, il faut une nouvelle fois délaisser l’itinéraire principal pour partir à la découverte de la si belle vallée des Vaux. Après, mettez le cap en direction de Buxy, la patrie de Millebuis.