Merci Hemingway !

16.01.2016

Hemingway, né dans le Midwest, a abandonné définitivement l’Illinois après la guerre et s’est installé à Paris, en 1921, avec sa première femme, Hadley. C’est dans un ouvrage posthume, “Paris est une fête”, paru en 1964 et rédigé sous forme de notes pendant son séjour dans les années 20, qu’il décrit cette période et ce groupe d’artistes. La cuisine française est une des raisons de l’amour d’Hemingway pour la France, qu’il détaille longuement et avec une attention voluptueuse, à l’occasion de repas pris seul ou en compagnie d’amis. Il brosse le portrait de ses compagnons de table, dans les bistros et les cafés où ils se réunissent et partagent leurs repas. Et ces scènes deviennent des lieux d’observation où ses comparses se dévoilent. La description de l’évanouissement de F. Scott Fitzgerald, alors qu’il dîne d’une poularde de Bresse et d’une bouteille de Montagny dans un hôtel de Chalon-sur-Saône, esquisse un portrait de l’écrivain.